mardi 14 avril 2015

Crève en mordant ton propre nombril.

Coffret de 12 injures japonaises, aimablement fournies par l'éminente Ryoko Sekiguchi.

Format des montures: 67x17mm
Montures hêtre.
Coffret en carton noir.
Une utile notice de traduction et de prononciation est jointe au coffret.

50 euros

Disponible ICI





mardi 7 avril 2015

Libellule déprimée.

Nouveau jeu de tampons permettant d'imprimer une libellule. 
13 pièces. Montures en hêtre, caoutchouc blanc, coffret carton noir.

70 euros

Disponible ICI



jeudi 19 mars 2015

Vieillerie (2)




Une video légèrement floue dans laquelle je fais une démonstration avec le tampon lucane.
En dehors de ces essais audio-visuels, je continue à travailler à de nouveaux modèles, dont le jeu de tampons NYC et le trombinographe, qui devraient voir le jour au printemps. Je galère un peu avec les énormes pièces du tampon NYC, il faut des encres très couvrantes pour faire des impressions convenables. J'épluche les catalogues de scrapbooking pour trouver la bonne encre, je fais mes propres essais en mélangeant des pigments, de la glycérine et de l'alcool, c'est la formule de base de l'encre à tampon, mais en fait ça ne marche pas vraiment, ça met deux heures à sécher, c'est de la merde.

mardi 17 mars 2015

NYC rubber stamps

Prototype d'un jeu de tampon permettant de dessiner une rue de New-York. Le jeu complet devrait compter entre 20 et 30 tampons de grand format (8x12cm pour les plus grandes pièces, ce qui est très grand pour un tampon). 




vendredi 6 mars 2015

Design

Je passe ce blog sur fond blanc, les caractères blancs sur fond noir ça me nique désormais les yeux.
En dehors de cette intéressante information, je travaille à quatre nouveaux jeux de tampons, comme tout bon bipolaire je serai logiquement en dépression nerveuse quand ils seront terminés.
Cela dit je ne mets pas trop d'images en ligne tant qu'ils ne sont pas fabriqués. A la place je mets ce projet de couverture pour une revue que j'édite dans une réalité alternative, tant il est vrai que déco et pulsion de mort sont choses voisines.

vendredi 27 février 2015

Libellule déprimée


Libellule déprimée en 13 tampons articulables. C'est le vrai nom de cet insecte. Bientôt disponible. Là c'est le prototype.

Je fabrique de nouveaux modèles, ça devrait pas tarder à être en ligne. Je ferai des portes ouvertes bientôt.

mardi 17 février 2015

Faire-part vulgaire


Tampon vulgaire décoré de fleurs vulgaires et d'angelots vulgaires. Dessiné à la main.
Monture en hêtre.
22€, disponible ICI

Bon, en dehors de cette nouveauté dessinée la veille de la Saint Valentin, le Tampographe travaille dans son caveau, il mange sainement, il se lève de bonne heure, enfile ses rangers et va marcher dans le Père Lachaise. Il écoute sur son iPhone de vieux albums de la Souris Déglinguée, ce qui achève de le rendre sourdingue, et il s'endort chaque soir en essayant de dépasser la première page de "Mes Amis", d'Emmanuel Bove.
Des émissaires sont venus déposer de grandioses projets à ses pieds. Des rois mages de toutes les couleurs, de toutes les tailles, d'un peu tous les sexes, avec en commun le même amour brûlant pour le Tampographe, qui est, admettons-le, un assez beau bébé. On sonne à la porte de son atelier. A peine la porte entrouverte, des têtes s’engouffrent.
« Viens exposer à notre Fête des Jardins, on te loge, Tampographe, on a un canapé-lit, on fait un événement sur les légumes anciens et les plasticiens, tu seras payé en panais et en rutabagas »
« Notre médiathèque possède un hall d'entrée mal éclairé, des grilles d’exposition rouillées et des cimaises posées sous Giscard. Viens, Tampographe, viens, tu feras aussi un atelier avec des enfants"
« Propose-nous une affiche pour la Fête de la Poésie, Tampographe, fais des tampons avec la tête d'Arthur Rimbaud, c'est le seul poète dont on puisse montrer la tête, les autres ressemblent trop à des poubelles ambulantes"
"Je suis une petite merde qui étudie dans une école d'art, mes parents sont riches, je n'ai aucune crainte pour mon avenir. Prends-moi comme stagiaire, Tampographe, j'ai tellement de choses à t'apprendre".
Le Tampographe les regarde avec circonspection. Il vieillit, le temps passe vite. Il veut faire un nouveau livre. Au rythme où il avance il paraîtra en 2030. D'ici là on aura probablement tous été ensevelis par le volcan de connerie qui sort de terre devant nos yeux effarés, et dont les cîmes orgueilleuses nous flanquent déjà le vertige.
Le Tampographe éconduit poliment les émissaires. Il doit repeindre son atelier, faire réviser une de ses presses qui est tombée en panne, et préparer à reculons une exposition.
Il s’est adjoint les services un terrifiant golem de caoutchouc qui hante son atelier et grogne dans les ténèbres en découpant des tampons.
Mais même avec l'appui de cette créature d'effroi et de glaise, les journées sont trop courtes, la liste des choses à faire s'allonge, celle des années à vivre diminue.
Les émissaires repartent. On les voit remonter la rue du Repos, leurs yeux perdus, le dos ployé sous le poids de la déception.
Le Tampographe songe à déménager. Il commence à connaître trop de monde dans son coin d'arrondissement. Il est temps de se remettre à chercher un nouveau quartier dans lequel il ne connaitra personne et où personne ne le saluera. eau quartier dans lequel il ne connaitra personne et où personne ne le saluera.


Les portes du caveau ouvriront à nouveau au printemps. On annoncera ça au dernier moment et dans l'improvisation totale, ainsi que le veut l'article numéro 1 du code tampographique.

mercredi 31 décembre 2014

Décervelage



 Le trou numéro 11 du mini-golf fluorescent de Maurepas.



Ah merde j’ai totalement oublié la fête du 1er Décervelage. J’ai pourtant accroché un calendrier (pataphysique, ne cherchez pas ça sur le calendrier des postes) au dessus de mon bureau. Mais je dois bien avouer que la ‘Pataphysique m’emmerde de plus en plus.
C’est d’ailleurs plutôt les pataphysiciens qui m’emmerdent, que la ‘Pataphysique, qui me semble tenir la route, et solidement. Je vois dans la ‘Pataphysique une sorte de morale, et de programme esthétique, et d’approche scientifique de la vulgarité ordinaire. Une hygiène de vie, pour parler comme un con, et une belle assemblée de personnages que je respecte plus ou moins, pour les avoir vénérés quand j’étais plus jeune.
Boris Vian par exemple je le vénérais. Il me fait chier quand j’essaye de le relire, mais je le vénérais à 14 ans. Raymond Queneau, pareil, je le vénérais à 30 ans, il m’emmerde désormais, et je le respecte. C’est sans doute ce mélange d’ennui, d’embarras et de sympathie que je finis par appeler respect.
Et Jarry, et son Faustroll tellement illisible. Quel ennui. Mais quel bel alcoolisme! Quelle belle vie tuberculeuse! Quelles belles moustaches! Quelle scatologie salutaire au milieu d’une époque symboliste ayant produit ce que la littérature française a fabriqué de plus abominablement littéraire, et qui nous emmerde encore.
Il vient parfois des ‘pataphysiciens dans mon atelier. Ils pensent trouver une oreille amie à leurs élucubrations fastidieuses, à leurs jeux de mots consternants. Quel terrible malentendu, pauvres malheureux! Vous ne trouverez nulle part plus d’hostilité à vos gidouilles, à vos jeux de mots risibles, à vos haleines avinées. Car peut-être il ne suffit pas d’arborer une gidouille, de faire des calembours minables et de boire du blanc pour être pataphysicien. Il y a plusieurs façons de l’être, la mienne est de détester cette panoplie, de faire mes tampons, et de réserver le plus mauvais accueil possible aux engidouillés de ce genre. Et d’essayer de chercher des voies pataphysiques un peu moins défrichées que les sentiers rebattus hantés par ces êtres décourageants.
Ainsi, à chaque livraison de la revue du Collège, le rituel est invariable: je la feuillette, je n’y vois rien qui m’intéresse et je la pose sur le trottoir de la rue du Repos, pour que le hasard se charge de lui trouver un foyer plus accueillant. Ça peut sembler dur, mais ça l’est moins que le sort que je réserve à d’autres livres, que je passe volontiers à la scie circulaire quand je suis d’humeur bricoleuse. Ainsi ont terminé beaucoup de livres de l’Association, d’Ego Comme X, du Frémok qui encombraient ma bibliothèque, dans un nuage de poussière de carton, et dans un vigoureux crissement de machine-outil.
La ‘Pataphysique pourrait-être une institution plus féconde, si elle sortait de ses radotages et mettait au pal les raseurs. Une forêt de pieux, une foule d’emmerdeurs assis dessus, des ruisseaux de sang empourprant la campagne, voilà qui aurait de l’allure, voilà qui est ubuesque. Mais la tâche est immense, les pieux et les palotins manquent, et puis à quoi bon? Autant prendre le maquis, s’enfoncer dans les fourrés et disparaître aux yeux du Collège pour mieux servir la ‘Pataphysique.


Joyeux Décervelage, donc, avec un peu de retard, et bonne année 2015 vulgaire, avec un peu d'avance.

lundi 29 décembre 2014

Tampon baroque.


Machin baroque, qui permet d'imprimer un motif végétal assez compliqué. Inspiré d'un dessin du XVIIIème siècle. Disponible ICI

mercredi 24 décembre 2014

Dernier jour d'ouverture de l'année



Dernier jour d'ouverture de mon atelier tampographique, aujourd'hui de 14h à 18h. Ensuite je ferme et je prends des vacances jusqu'en janvier.

J'avais au préalable annoncé que j'ouvrais jusqu'au 31 décembre, mais en fait je n'ai presque plus de stocks, et presque plus de montures. Alors autant fermer ce soir.

La galerie tampographique rouvrira en janvier, je fais de nouveaux trucs, il manque des meubles que je n'ai pas eu le temps de faire, des raccords, des fignolages Elle se visitera le vendredi et le samedi, à partir de janvier 2015. Mais en attendant, je ferme.

A l'année prochaine.






mardi 16 décembre 2014

Ouverture de décembre





Comme chaque année, mon atelier est donc ouvert en décembre, ainsi que la galerie tampographique qui se trouve juste à côté. C'est ouvert tous les jours de cette semaine, de 14h à 19h. Je serai aussi ouvert dimanche prochain, mêmes horaires, et la semaine suivante, sauf le jour de Noël, faut pas déconner non plus.

vendredi 12 décembre 2014

Ouverture de la galerie tampographique.



J’ouvre le 13 décembre une galerie, juste à côté de mon atelier. C’est pas très grand, ça fait dans les 30m2. Avant moi, à cette adresse, il y a eu un vendeur de cadenas, une agence immobilière qui avait collé de la moquette murale abricot un peu partout, une planque de la police parisienne, une psychologue cinglée qui couchait avec un prof de théâtre lui aussi cinglé, puis rien pendant des mois.

Je connais bien l’immeuble, j’y vis depuis cinq ans, j’y ai expérimenté toutes les formes
possibles de dégats des eaux et d’infestations de nuisibles, mais j’ai fini par trouver un petit charme à cet endroit. La proximité du Père Lachaise, les 80.000 tombes, les touristes goths que je regarde passer dans la rue du Repos, les herbes entre les pavés et l’absence totale de convivialité, tout ça ne peut laisser insensible le parisien moyen que je suis devenu au fil des ans.

J’ai harcelé le syndic et j’ai fini par louer le local. J’ai nettoyé les miasmes de la psychologue, poncé les murs, refait les boiseries, bouché les fissures, construit des meubles, posé des éclairages. A l’heure où j’écris ces lignes, à quelques heures de l’ouverture, c’est d’ailleurs toujours pas terminé.

J’ai décidé de monter cet endroit pour montrer mon boulot sans passer par un galeriste. L’auto-diffusion est un sain principe, dont j’ai pu observer les qualités quand j’étais jeune et que je publiais avec l’Association. Moins il y a d’intermédiaires moins on vous emmerde. De plus, le rapport artiste-galeriste me semble, à ce que j’ai pu en voir, être vicié par un truc qu’on pourrait nommer mépris mutuel. Or, le mépris, c’est pas une très bon engrais pour faire pousser ses salades.

Et puis, ouvrir une galerie c’est formateur, je suis devenu très efficace pour enduire un mur ou refaire un plafond, et je suis pas mauvais non plus en menuiserie. Si les affaires périclitent, je peux gagner ma vie en refaisant des cuisines.

La première exposition s’appelle
« Le Tampographe Sardon ». Je suis nul pour trouver des titres.
Elle aura lieu du 13 décembre 2014 au 27 février 2015.
Elle est consacrée à des tampons géants de plus de 25kg qui permettent d’imprimer des images vulgaires de grand format. Il y aura des démonstrations, selon l’état de mon dos toutefois, car ces ustensiles ne sont pas d’un maniement facile. En outre on trouvera sur place l’essentiel de ce que j’ai produit depuis 2007, date à laquelle j’ai commencé à diffuser mon travail de tampographe.


La galerie tampographique se trouve 4, rue du Repos, métro Philippe Auguste ou Alexandre Dumas.
Horaires: le vendredi et le samedi de 14h à 19h.
Ouverture spéciale en décembre:
Tous les jours sauf le dimanche, de 14h à 19h
Ouverture exceptionnelle le dimanche 20 décembre de 14h à 19h.

À partir du samedi 13 décembre, 14h.


mardi 25 novembre 2014

Jeu de frises typographiques.


Coffret de 55 frises typographiques. Jeu de tampons tiré de caractères d'imprimerie en plomb des années 1900, qui servaient à décorer les livres, brochures et affiches de l'époque, puisque cet âge reculé n'avait pas encore la chance de connaître les cliparts.

Format de chaque tampon: 10x42mm
Montures en hêtre. Caoutchouc blanc naturel.
85 euros (c'est très long à découper à la main, donc c'est plus cher que les coffrets de 24 tampons)
Disponible ici: http://letampographe.bigcartel.com/product/frises-typographiques







vendredi 14 novembre 2014

mardi 11 novembre 2014

Vallotton



Sélection de 20 tampons reproduisant une petite partie des portraits dessinés par Félix Vallotton, aux alentours de 1900. On y retrouve des gens de lettres et des militants anarchistes de l'époque.
De gauche à droite et de haut en bas, on reconnaitra, si je ne me suis pas trompé:
Eugène Varlin, Maurice Barrès, Jules Renard, Paul Verlaine, Henri de Régnier, Henri Mazel, Marcel Schwob, Robert de Montesquiou, Jean Lorrain, Isidore Ducasse dit Comte de Lautréamont, Louise Michel, Max Elskamp, Félix Fénéon, Alfred Jarry, André-Ferdinand Hérold,
Victor Charbonnel, Henri Fortuné, Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine, Léon Bloy, Arthur Rimbaud.

Disponible ICI

lundi 27 octobre 2014

Vieillerie


C'est pas une nouveauté, c'est un de mes plus vieux tampons, du temps que j'étais encore soigneux, pour l'exposition Toy Comics au musée des arts décoratifs de Paris. C'était une belle exposition, j'étais jeune, je pouvais encore lire les petits caractères, j'étais capable de passer une nuit blanche à faire un illustration pour un journal de merde. Lointaine époque, dont le souvenir se perd dans les brumes, aussi sûrement que blanchit ma barbe, s'arrondissent mes poignées d'amour, poussent des poils dans mes oreilles.
L'insecte en question est disponible ICI



vendredi 24 octobre 2014

Arthropode



Tampon en quadrichromie. Il faut bien viser pour éviter les décalages mais ça marche. Je ferai un film de démonstration bientôt.

lundi 20 octobre 2014

Sachons parler aux éditeurs.




Amis écrivains, vous êtes trop timides. Apprenez à parler aux éditeurs avec le Tampographe.
Tampons pour envoi de manuscrit. Coffret en préparation.

Copito de Nieve.



Une peluche géante dans une décharge sauvage derrière un crématorium. J'étais en avance à une crémation, je suis allé marcher dans les environs, je suis tombé sur cette chose.
La galerie tampographique ouvrira fin novembre. Pas moyen de faire plus vite. J'ai refait le local, la peinture, les boiseries extérieures, les meubles, les lumières, les enduits, je me suis découvert des dons de bricoleur, mais hélas pas de magicien: je suis à la bourre. Il me reste un mois pour tout terminer, autant dire un battement de cil. Je fabrique des tampons géants, je découvre les joies des élastomères et du silicone, je me suis niqué le dos en faisant le film de démonstration que j'ai mis en ligne dernièrement, je m'envoie en l'air à l'Efferalgan codéïné pour faire passer la douleur et je me lève à 5h du matin pour boire du café en relisant la liste de tout ce que je n'aurai pas le temps de faire.


dimanche 12 octobre 2014

Elastomère

Tampon géant from Le Tampographe Sardon on Vimeo.

Démoulage d'un tampon géant en élastomère.

vendredi 10 octobre 2014

Ressemblance.


Les éditeurs sont fatigués, et manifestement certains écrivains le sont aussi. A moins qu'il ne s'agisse d'une mystérieuse manifestation d'intertextualité.

jeudi 2 octobre 2014

Petit rappel.

Il y a un affreux malentendu. Pour une raison mystérieuse je reçois régulièrement des mails d’artistes qui me présentent leur boulot. Comment ai-je pu laisser penser que j’avais la moindre sympathie pour leurs démarches?
Petit rappel, donc:
Artiste
Va picoler en attendant d’hériter de ta famille de vendeurs d’armes, occupe-toi comme tu veux, ne viens pas me faire chier avec les crottes de nez que tu fabriques dans ton loft d’enculé de Paris XXème. Ça ne m’intéresse pas, ça ne m’intéressera jamais. Et d’ailleurs tu n’es pas un artiste, les artistes c’est bien rare et j’ai rien contre, peut-être parce que j’en croise presque jamais, si j’y réfléchis. T’es rien qu’une scorie du capitalisme, un rentier, un morbac bien gonflé du sang des autres, ce que cette société de merde a engendré plus méprisable.
En outre, cher bourgeois qui ouvre ton concept-store avec dix ans de retard et qui me demande si je fais des dépots-ventes:

Va te faire tatouer « je suis une grosse merde de gosse de riche » entre deux tatoos vintage. Prends une typo gothique, c’est la mode à Brooklyn. Tu feras un malheur au marché de Noël des créateurs de Paris XIème, avec ta barbe à la con et ta coupe de nazi de merde. Tu seras le roi des stands, entre les fabricants de bijoux éthiques et l’étal de jus de carotte aromatisé au sperme d’orang outan 100% organic acheminée par bateau à voile depuis les quais de Williamsburg.

mardi 30 septembre 2014

Élastomère

Coulée d'élastomère dans un moule pour tampon géant.

Elastomère from Le Tampographe Sardon on Vimeo.

dimanche 28 septembre 2014

Tampon pour écrivain.


Vous écrivez et vous rêvez d'être publié? Le Tampographe connait les ficelles de l'édition et vous fait profiter de ce tampon pour envoi de manuscrit. Vous aurez grâce à lui la certitude que vos projets seront examinés avec une attention toute particulière!

Format 5x10cm
Monture en hêtre verni

Disponible ICI

lundi 22 septembre 2014

Portes ouvertes tampographiques.


Je reprends les portes ouvertes après quelques mois d'interruption. Mon atelier sera ouvert au public le samedi 4 octobre, de 14h à 19h30. C'est toujours 4 rue du Repos, juste à côté du Père Lachaise, métro Philippe Auguste.

Plus d'informations sur la page Facebook ICI


vendredi 19 septembre 2014

Injures trotskistes


Jeu de 24 injures trotskistes aimablement fournies par d'anciens militants de l'Organisation Communiste Internationaliste.
Monture en hêtre naturel de la taïga.

Disponible ici
http://letampographe.bigcartel.com/product/injures-troskistes



jeudi 11 septembre 2014

Trotskadelic


Projet d'affiche en cours, pour réconcilier Funk et quatrième internationale.

mardi 9 septembre 2014

Point rouge


Premier point rouge dans la vitrine de la galerie tampographique. Cela dit la galerie n'est pas encore ouverte. La date n'est pas encore fixée, ça sera probablement en octobre ou novembre, il y a encore beaucoup de travail à faire avant que tout soit prêt.

lundi 8 septembre 2014

Débris


Traces de mon exposition de Bastia de l'an dernier, qui m'a été renvoyée très mal emballée et que j'ai terminé de réduire en purée à coup de marteau et de ciseau à bois, parce que j'étais pas mal en rogne. J'avais collé des dizaines de tampons sur des planches de bois, il ne reste que les traces de papier et de colle.

lundi 1 septembre 2014

Dominoterie.


Premières feuilles de papier dominoté, en attendant de faire des trucs en deux couleurs.
Le papier domino, ou dominoté, je ne sais pas comment on dit, c'était un papier imprimé en xylogravure, une technique bon marché qui servait à couvrir des livres, à décorer des cartons à chapeaux et à tapisser des chambres de domestiques. Les plaques de bois étaient gravées à la main, autant dire tout de suite que je n'ai absolument pas la patience de faire un tel boulot, et que la plaque photographiée ci-dessus a été découpée au laser dans du médium 3mm.

 

Petit rouge


Projet d'étiquette de vin, non fabriqué.

samedi 30 août 2014

Rêve atroce (2).


J'ai rêvé que j'avais une tête de labrador beige à la place de ma tête habituelle. Je fais un photomontage pour essayer de restituer la chose.

Travailleurs de tous les pays.


Je termine un nouveau tampon géant. Le moule est fabriqué avec du médium découpé au laser, et le caoutchouc n'est pas du caoutchouc mais de l'élastomère de polyuréthane. Le manche pèse à lui seul plus de 20kg, je me suis niqué le dos en le manipulant.
Je trouve l'élastomère dans un endroit nommé Polyester 93, à Bobigny. Une mine pour qui veut travailler avec des polymères plus ou moins cancérigènes. Cela dit je porte un masque à gaz et des lunettes de sécurité en travaillant, ce qui me donne un air délicieusement post-apocalyptique.


lundi 25 août 2014

Insultes trotskistes.


Je prépare une série de tampons d'injures trotskistes, aimablement fournies par un ancien militant de l'OCI exclu pour dérive sociale-démocrate.
En dehors de ce projet, les travaux continuent à mon atelier, l'aménagement de la galerie est à peu près terminé, et on prépare la première exposition au pas de course avec mon Golem de Caoutchouc. J'annoncerai la date d'ouverture dans quelques temps, je ne suis pas imprudent au point de fixer dès aujourd'hui une date que je ne tiendrai probablement pas.
Je ferai en outre des portes ouvertes à mon atelier au mois de septembre. Là encore je ferme prudemment ma gueule quant au jour choisi. Ça se passera probablement fin septembre, au rythme auquel le retard s'accumule. Et puis une nouvelle fuite s'est formée dans mon atelier, j'y trouve chaque matin une grosse flaque qui sent le Tahiti-douche, les salles de bains de l'immeuble fuient chez moi, il faut colmater ça avant de recevoir des gens ici.
Cela dit, tout va bien. J'ai horreur d'écrire ce genre de truc, je sais que ça fait de la peine à mes ennemis, mais le fait est que les rats sont partis de mon local pour retourner à la cave, et que les mois de travaux, de gravats, d'enduit et de peinture n'ont pas été vains. Je bosse désormais dans des conditions convenables et les projets ne manquent pas. Ouf.
Au chapitre des projets, on citera pèle-mèle: un jeu de tampon géant destiné à dessiner des têtes d'abrutis, une machine à tuer, un livre, une exposition à l'étranger, des artistes invités à la galerie tampographique pour y bosser avec moi (quand je dis que je chie sur le boulot des artistes, ça ne vaut pas pour tous les artistes, il y a des gens dont j'apprécie vraiment le boulot, qui surnagent miraculeusement dans le marécage de rentiers écoeurants qu'est la scène artistique parisienne).
Et quelques autres projets que j'abandonnerai probablement par flemme ou par manque d'idées.
Mais j'y reviendrai.






dimanche 17 août 2014

Poubelle


Une carte à gratter tirée d'un ex futur projet que je devais faire à l'Association. Le truc était annoncé et puis finalement je me suis rendu compte que je n'avais pas envie de le faire, ni assez d'idées pour remplir une pochette de tickets à gratter visant à pousser les gens au suicide en période de Noël.
Il rejoint donc la poubelle de mes projets éditoriaux inaboutis.



vendredi 6 juin 2014

Enlarge your stamp

Mon atelier tampographique de la rue du Repos s'agrandira bientôt avec l'ouverture d'une galerie, à la rentrée prochaine. Pour le moment je fais des travaux.



lundi 2 juin 2014

bédé

Deux pages parues dans le "Mon Lapin" du mois dernier, dessinées avec le plus grand soin.
Cliquez sur les images pour les afficher en grand, c'est écrit petit.




mercredi 21 mai 2014

No Futoroscope

Tampon pour dépressif vivant en Poitou-Charentes.
Jeu de mot aimablement fourni par Thomas Bernard, qui a bien connu comme moi les soirées glauques au bar le Montierneuf de Poitiers et les lendemains de festival d'Angoulême.
Disponible ICI.


mardi 20 mai 2014

Ouverture de caveau

J'ouvre mon atelier au public samedi 24 mai, de 14h à 19h30. Il se trouve 4 rue du Repos, à Paris XXème, juste à côté du cimetière du Père Lachaise.

vendredi 16 mai 2014

Carreaux de ciment.

J'avais vu un peu juste pour le premier tirage des carreaux de ciment, ils ont été épuisés très vite, mais bon, je ne produis pas des quantités astronomiques de tampons. Ils sont à nouveau disponibles, en caoutchouc rouge pour le moment, parce qu'il y a une rupture d'approvisionnement de caoutchouc blanc. Le caoutchouc rouge fonctionne exactement comme le caoutchouc blanc, mais il est rouge, donc.

Ils sont en ligne ICI.

lundi 12 mai 2014

Paris by night.


Tampon géant pour nos amis fétichistes. Sur moulure hêtre format 15x8cm. Pas encore en vente.

mardi 6 mai 2014

C'est quoi ta journée?

video


Une interview réalisée il y a quelques jours avec Aurélie Champagne, pour le Mouv.
Le principe c'est d'appeler une personne à 7h30 du matin, et de lui demander à quoi elle va passer sa journée.

mardi 29 avril 2014

reportage tampographique


Les gens de l'émission Tracks, diffusée sur la chaîne Arte, sont venus filmer mon boulot.

C'est ICI

mercredi 23 avril 2014

Carreaux de ciment

Coffret de 25 tampons reproduisant des motifs de carreaux de ciment anciens piqués dans des entrées d'immeubles parisiens et dans quelques livres sur le sujet.
Ces motifs sont ingénieusement conçus pour recouvrir de grandes surfaces si on les juxtapose.
Format des tampons: 41x41mm.
Montures hêtre naturel, caoutchouc blanc.
On peut le commander en ligne en cliquant ICI