mercredi 16 janvier 2008

Portes ouvertes


Aujourd'hui: RIEN.

Je photographie des trucs.
On aperçoit derrière ma presse à tampons un dessin de Placid, un cordel rapporté du Brésil par Loraine ( les aventures de Lampiao en Enfer), du papier peint à motif de squelette de ma conception, une sérigraphie d'Atak ( le dessinateur allemand hein, pas la bande de profs d'histoire-géo coincés du cul du Monde Diplomatique), une affiche de la Sous-Commission des Tampons du Collège de 'Pataphysique ainsi qu'un portrait du Petit Père des Peuples réalisé au point de croix.
Cette presse à tampons sert à vulcaniser le caoutchouc, sous pression et à une température de 140 degrès. Il y a deux résistances à l'intérieur, et deux thermostats pour contrôler la chauffe de l'ensemble. En hiver c'est agréable.



Quoi de plus moche qu'une photo au flash?
Eh ben une photo au flash d'une machine-outil allemande, par exemple.
La scie circulaire avec laquelle je découpe mes montures et avec laquelle j'essaie de ne pas me découper les doigts.
On aperçoit derrière deux vieilles affiches d'expositions du Tampographe, et une carte postale représentant un orchestre bavarois des Charentes.