mardi 12 février 2008

Dans ma cave pour deux semaines

La vision d'un chien jaune, alors que j'étais en train de me promener sur la passerelle qui enjambe le cimetière de Montmartre, m'a fait pleurer pendant cinq minutes. Moi qui ne verse de larmes que quand j'épluche des oignons. Aussi le tampographe prend les choses en main et s'enferme pour deux semaines dans sa cave pour mettre au point de nouveaux modèles et travailler à son livre, qui a bien besoin d'avancer. Là dessous, pas de chien jaune et pas de cimetière, je m'enfouis avec quatre valises pleines de matériel, et n'en ressortirai que lorsqu'elles seront pleines de tampons jusqu'à la gueule.