mardi 24 juin 2008

Colliers de barbes au coucher de soleil



Le marché de la poésie est une sorte de capitale de l'expérimentation capillaire en général, et du collier de barbe en particulier. Une grande jamboree de barbus en tous genres, dont j'ai photographié au téléobjectif les plus beaux spécimen à la tombée du jour. Je me sentais, planqué entre deux étagères de livres, comme un amoureux de la nature photographiant les amours du chevreuil, la nidification du roitelet ou la migration des gnous.



Je vous livre ces photographies qui sont une fête des sens et un hymne à la beauté de la vie.



Il est à noter qu'alors que je montrais ces clichés à un ami italien, celui-ci s'est immédiatement touché les couilles en grommelant "Mais pourquoi tu me montres ça? En Italie le collier de barbe ça porte malheur, on doit se toucher les couilles quand on en voit un, pour conjurer le sort".



Mon salut fraternel à tous les Italiens qui verront ces photos.