jeudi 30 octobre 2008

Sellos Brutos.


Le Tampographe est très fier de présenter une sélection des meilleures insultes de Buenos Aires, choisies avec soins par l'excellent Lucio Arillaga de la Casa Leczinski, émanation la plus dynamique, australe et transatlantique du Collège de 'Pataphysique.
La non moins excellente Frida Rochocz me livre la traduction qui suit. Qu'elle soit remerciée, ainsi que Carmela Chergui, pour ce coup de main précieux.
"Pour la traduction des insultes argentines j’ai essayé de les expliquer à défaut de trouver les équivalents. Le "lunfardo"procède par métaphores… et il faut toujours les comprendre dans le contexte car parfois ils prennent le sens opposé selon le ton ou la personne à qui l’on le dit, ils peuvent alors exprimer une immense tendresse…
La reputa madre que te parió / la putísima madre que te parió: La putain de ta mère qui t’as mis au monde / Fils d’une grande pute. Il faut remarquer devant le mot « reputa » la présence du suffixe « re » qui peut s’utiliser comme amplificateur du sens. On peut alors le mettre devant presque tous le mots et ça donne un effet à la énième puissance).
Andá a lavarte el orto: Va te laver le trou du cul .
Turrita emputecida : Petite salope enragée.
Chupame un huevo: Suce moi une couille (un œuf).
Boludo / Pelotudo: Alors c'est compliqué à traduire et c'est typiquement argentin: en fait "bolas" désigne les testicules, un Boludo est un type qui ne sachant que faire de ses mains joue avec ses testicules, de là se dérivent des verbes comme Boludear, qui désigne l'activité de faire passer le temps en jouant avec ses testicules. "pelotas", qui veut dire "petite balle" ou "ballon", est aussi utilisé, comme synonyme de testicules. Pelotudo est donc un synonyme de Boludo, bienvenu lorsque l'on veut faire preuve d'un vocabulaire riche et fourni.
Careta: culotté (dans le sens qu’il n’a pas de vergogne, qu’il y va sans scrupules, qu’il a le toupet de recommencer…).
Garca: fils à papa, mec qui ne connaît rien à la vie parce qu’il vit dans un cocon à pognon. Étymologie : vient de « oligarca » donc de l’oligarchie.
Pedazo de animal: tranche d’animal, espèce de brute. Flor de la SanPuta: quelque chose de très, très bien (Flor : fleur. SanPuta : la putain des putains).
Larva: Larve.
Sorete: Crotte.
Bufarra: c’est celui qui encule les pédés (aucune idée comment on dit ça en français).
Tilingo: mec pas sérieux.
Negro catinga /negro cabeza: les « negros » en Argentine sont ceux qui ont la peau plus sombre, donc les pauvres, ignorants. Cet insulte est à l’origine raciste mais en pratique prend le sens de personne qui n’a pas de niveau, un abruti.
Gil de cuarta: cinglé de première (en Argentine on soulignerait par le bas, donc « cuarta » c’est quatrième classe).
Viejo choto: vieux gaga.
Pendejo pajero: gamin branleur.
Culeado / culo roto: enculé/ cul cassé.
Conchudo / conchuda :connard / connasse (concha en espagnol est un coquillage, seulement en Argentine et en Uruguay c’est le sexe féminin).
Grasa: ringard (allusion à avoir des tâches grasses sur les vêtements à l’origine), pas raffiné du tout.
Cornudo / guampudo: cocu, porteur de cornes.
Cagón: chieur (dans le sens de peureux, qui chie dans son froc).
Ortiva: un qui dit tout. Dit par des mecs très lourds c’est équivalent à un arrêt de mort… car traître. Mais il peut être utilisé dans d’autres contextes. Voilà pourquoi il y a un site de gauche avec toute sorte d’articles plutôt sympathiques : www.elortiba.org.
Alcahuete / botón: mouchard-balance."
Sellos brutos.
Insultes choisies de Buenos Aires. 23 injures argentines de première main. 70 euros le coffret. Commander à le.tampographe@free.fr