mercredi 10 février 2010

Bad Boys de Courcelles

Le Tampographe a commandé de l'encre pour tatouage éphémère. C'est un mélange de pigments, de colophane et d'acide isopropylique.
Il s'en est tamponné les doigts et fait désormais bonne figure parmi les nombreux gangstas du secteur, assureurs, banquiers, publicitaires, gastro-entérologues, agents immobiliers, qui traînent en bas de leurs immeubles en costard Smalto en lisant les pages saumon du Figaro.
Les commerçants me disent maintenant bonjour, les enfants me tiennent la porte, je n'attends plus à la Poste, les vieilles insistent pour me céder leur place dans le bus.
Cette encre est très difficile à effacer, je vais profiter de ce tatouage au moins une semaine.