dimanche 25 avril 2010

Rasta Blanc

Le Tampographe est plus que jamais l'incarnation du Cool. Il traîne en pantalon bariolé dans son atelier, écoute Trench Town Rock en sautillant, tandis que de l'autre côté de sa vitrine, légèrement estompés par le blanc de Meudon, des joggers aux allures de volailles passent, casque plantés dans les oreilles.
Il trempe son space-cake dans sa tasse de café et avise son emploi du temps de la journée:
20 ans de l'ASSOCIATION. Refaire la page de bande dessinée de son choix, choisie dans son propre travail.
Il doit dessiner une page pour les 20 ans de l'Association, maison d'édition qui sut envoyer un salutaire coup de pied dans les couilles du milieu de la bande dessinée des années 90.
Il s'installe à sa table de dessin, allume un pétard en se tortillant un dreadlock, rend grâce à Haïlé Sélassié, Alpha et Omega, Dieu des Dieux, Roi des Rois, puissant lion conquérant de la tribu de Judah, et constate que l'envie de faire de la bande dessinée l'a totalement quitté pour disparaître à tout jamais dans le cul du diable.
Il allume un second pétard en écoutant Aswad et aspire profondément la fumée. Quand les volutes bleues se dissipent, les idées se précisent:
elles sont toutes absolument à chier.
Il y a dix ans il pouvait passer une semaine sur une page, recouvrir tout ça de hachures, dessiner avec soin chaque personnage. Merde, aucune raison de pas le refaire. Il faut qu'il reste cool.
Il note:
L'Association c'était bien quand les Associés ne s'étaient pas éparpillés dans la nature, quand Anne Baraou y bossait en assurant comme une malade, quand on y faisait pas encore de fêtes infestées de mondains et de tortilleuses de cul. L'Association c'était bien quand on se prenait une raclée graphique en ouvrant Lapin.
Mince, vieux con, ça fait vieux con.
Il rature. C'est pas cool. Il faut rester cool et constructif:
Il aspire une bouffée et note:
Eliminer. Tuer. Détruire.
Eliminer les clones de l'Association.
Détruire leurs maisons.
Tuer leurs enfants devant eux et les tuer ensuite. Chier sur leurs tombes.
Raser Angoulême. La reconstruire à l'identique pour pouvoir la re-raser.
La re-reconstruire et la re-reraser.
Il rature et note:
EVISCERER, AMPUTER, ENUCLEER, DILASCERER. JETER DANS UNE PISCINE PLEINE DE MURENES.
SE PROCURER DES MURENES.
Il écrase son pétard. La Purple Widow ne lui réussit pas.
Il fait beau. Le dub résonne dans son atelier. Il pose son crayon , met son bonnet Rasta, prend son djembé et part pour la Villette rejoindre ses potes sur la pelouse.
Il faut qu'il améliore son Nyabinghi.