lundi 24 janvier 2011

Longue vie à l'Association.

J'aurais pensé en avoir rien à foutre. Du haut de mon cynisme. Que l'Association se pète la gueule, que le comptoir des indépendants se plante, que la bande dessinée indépendante disparaisse des librairies. Mais non, j'en ai pas rien à foutre, pas du tout. L'Association je l'ai vue grandir, vieillir, et maintenant je la vois se barrer en couilles, ça fait des mois que je l'observe, ça me consterne. Pour ceux qui ne connaissent pas, l'Association c'est la maison d'édition indépendante la plus novatrice, comme disent les cons, celle qui a révolutionné la bande dessinée, comme disent d'autres cons, qui a construit un catalogue solide et presque irréprochable ( il y a des titres que je déteste dans ce catalogue, j'en parlerai pas pour le moment, sauf si on me cherche, c'est comme dire à tata Henriette qu'elle pue de la gueule, ça se fait pas, quoique). L'Association est désormais en crise, je suis inquiet et je me demande si j'ai encore un éditeur à qui parler.
L'Association c'est mon éditeur, depuis 1995, ça date pas d'hier, j'avais 25 ans, des cheveux, des neuroleptiques dans ma trousse de toilette, j'habitais Angoulême, publiais dans un label spécialisé dans le branlage de jonc intimiste, j'étais bourré du soir au matin, Menu est venu me demander des pages pour Lapin, mes amis d'Ego comme X en sont devenus verts.
J'étais intimidé, j'ai beaucoup travaillé, morflé, sué pour tenter de me mettre au niveau de ces auteurs que je lisais avec application. J'ai fait plusieurs livres, j'ai travaillé des milliers d'heures sur des pages minutieuses et hachurées, avec l'angoisse de ne pas être à la hauteur. Les gens de l'Association ne faisaient pas de cadeau, c'était terrifiant et exaltant de bosser pour eux.
Maintenant je ne pige plus ce qui s'y passe.

Les salariés sont en grève depuis deux semaines. On peut les soutenir en signant la pétition en ligne sur ce lien.

Le communiqué, à lire si vous en avez quelque chose à battre des utopies éditoriales qui se dissolvent dans les histoires de pognon et l'atroce real politique :

"Les salariés de L'Association sont en grève depuis le 10 janvier 2011 pour protester contre les menaces de licenciements qui pèsent sur eux.
Le motif invoqué pour justifier ces licenciements serait que L'Association irait mal, qu'elle subirait de plein fouet une crise globale dont les médias se sont largement faits l'écho.
Pourtant, outre le fait que le secteur de l'édition est l'un de ceux à avoir le moins souffert en 2009 et 2010, la seule observation permet de relativiser cette mauvaise santé déclarée.
Certes, les quatre dernières années ont été moins flamboyantes pour une structure qui a connu par le passé des succès réguliers et nombreux. Mais L'Association est solidement assise sur des ventes de catalogue dont rêveraient bien des éditeurs et les succès ne l'ont pas désertée comme le montrent "La vie secrète des jeunes 2" de Riad Sattouf ou "Coney Island Baby" de Nine Antico, pour ne citer que deux livres parus en 2010.
Peu importe les raisons qui poussent les personnes administrant la structure à communiquer comme elles ont choisi de le faire. Pour nous, qui aimons L'Association et souhaitons qu'elle poursuive l'action entamée il y a vingt ans, il est important de le dire clairement: L'Association n'est pas une structure moribonde. Et si elle souffre, c'est moins de connaître une accalmie commerciale que de s'être éloignée des principes fondateurs qui lui ont apporté succès et longévité.
L'Association a puisé son énergie, sa force et son originalité dans le fait qu'elle était une aventure collective et démocratique. Nous en avons la conviction, c'est en puisant à cette source que L'Association retrouvera sa pleine vigueur et évitera de connaître des conflits stériles comme celui qui l'agite aujourd'hui.
Nous, auteurs, amis, confrères, compagnons historiques ou co-fondateurs de L'Association, tenons à apporter notre soutien aux salariés en grève, à leurs revendications légitimes et à leurs propositions responsables. Ce qui est aussi la meilleure façon de redire notre attachement à l'idéal artistique et collectif d'une structure qui, par son existence, a beaucoup apporté à la bande dessinée.
Longue vie à L'Association.


Premiers signataires: David BEAUCHARD (auteur et co-fondateur), Charles BERBERIAN (auteur), BLUTCH (auteur), Christophe BRUNELLA (journaliste), Jean-Louis CAPRON (auteur), les éditions CORNÉLIUS, DEBEURME Ludovic (auteur), Christian DRUESNE (librairie Super Héros), Guillaume DUMORA (librairie Le Monte-En-L'air), les éditions du FRÉMOK, Joseph JACQUET (éditeur), Patrice KILLOFFER (auteur et co-fondateur), Grégory MARDON (auteur), Hugues MICOL (auteur), NINE Antico (auteur), Philippe OUVRARD (librairie le flâneur des deux rives), les éditions des REQUINS MARTEAUX, Lewis TRONDHEIM (auteur et co-fondateur), etc."