lundi 16 mai 2011

City baby attacked by rats



Le Tampographe rentre chez lui tard le soir.
Il va a des concerts, s'ennuie, ne pogote plus depuis 1988, se demande si on peut rester sexy en restant assis pendant que les groupes jouent leur daube. Il s'ennuie trop, quitte la salle et monte sur un vélib de fonte noire orné d'ailes de chauves-souris. Il pédale rapidement dans les rues du quartier des grands boulevards, et remonte la rue René Boulanger vers République. Il manque de tomber lorsque quatre gros rats passent juste devant sa roue pour traverser la rue. Le Tampographe est essoufflé. Il a fumé des oinjes d'herbe de Saint Ouen, ça lui coupe la respiration. Il passe la République et il s'appuie contre la grille verte du square du boulevard Richard Lenoir. Là il écoute les piaillements des oiseaux.
De l'autre côté de la grille, dans le noir, il distingue comme une famille de suricates assise au grand complet sur un rebord en pierre. Il regarde mieux, et voit que les suricates sont en fait six énormes rats. Les piaillements qui sortent des buissons, ce ne sont pas des oiseaux qui les poussent, ce sont des rats, en regardant bien on les voit gratter le sol et escalader les petits arbustes à la con de la mairie de Paris.
Le Tampographe reprend son vélo. Il grimpe jusqu'au XXème et s'engouffre rue du Repos. Sur le trottoir il remarque un clochard qui dort à même le sol, curieusement revêtu d'un manteau de fourrure. "C'est peut-être du renard argenté", se dit le Tampographe qui s'y connaît un peu. " Ce clodo est véritablement habillé comme une bourgeoise, Paris est vraiment une ville de sales enculés nantis". Le Tampographe s'approche.
Ah mais non, c'est un énorme sac poubelle éventré qui se fait dévorer par des rats. La fourrure grise se divise en dizaines de rongeurs qui filent en piaillant vers les coins d'ombre de la rue du Repos.
Le Tampographe passe son chemin et va déposer son vélib sur une borne à vélib, en espérant que personne ne l'a vu sur un véhicule aussi grotesque. Il s'éloigne tandis que retentit un puissant BIP qui signifie que la mairie de Paris prend les choses en main.